Notre Critique Sur High Roller : The Stu Ungar Story

Le mélange des thématiques entre casino et cinéma a souvent permis de très belle production, dont le film Casino réalisé par Martin Scorsese, ou encore Les Joueurs avec Matt Damon en joueur de poker hors-pair. Mais dans le registre biopic et film de casino, High Roller : The Stu Ungar Story est sans aucun doute une première. Cette production sortie en salles en 2003 a connu un succès mitigé, mais là n'est pas le plus important pour son réalisateur, A.W. Vidmer.

High Roller : The Stu Ungar Story...

Aussi connu sous le nom de Stuey, High Roller : The Stu Ungar Story est un docu-fiction sorti en salles en 2003 et réalisé par A.W. Vidmer. Si nous détaillerons plus en amont l'inspiration et l'influence de ce récit, le plus important est de constater que c'est un film se déroulant au coeur des casinos de Las Vegas, où prend place aux tables de jeux le seul et l'unique Stu Ungar, interprété par Michael Imperioli. Le réalisateur A.W. Vidmer met en scène le joueur de poker, de blackjack et de gin rami depuis ses débuts jusqu'à ces grands succès dans les plus prestigieux casinos de la planète. Des tournois majeurs prennent vie et sont recréés à l'identique dans ce docu-fiction, mais aussi quelque passage de la vie tumultueuse du joueur le plus effrayé autour des tables de jeux et au sein des casinos. La réalisation de A.W. Vidmer nous permet également de nous replonger dans les Etats-Unis des années 1970, comme nous le rappelle la superbe bande sonore tout au long du film, ainsi que la mafia régnant en maitre au coeur des casinos de Las Vegas. La prestation de Michael Imperioli interprète à merveille ce rôle, et vous le connaissez sans doute mieux pour son rôle de Christopher Moltisanti dans Les Sopranos. Pour A.W. Vidmer, il est parvenu à créer son propre festival de films, Fylmz, suite au succès de son film sur Stu Ungar, qui a notamment été primé au festival de Nashville (Texas).

...Inspiré Du Meilleur Joueur De Casino

La réalisation du film High Roller : The Stu Ungar Story tient sur le seul parcours du plus grand joueur de poker et blackjack pour beaucoup, dont A.W. Vidmer, qui a tenu à lui rendre un vibrant hommage. Si les talents de Stu Ungar aux jeux de casinos sont reconnus, notamment sa victoire aux World Series of Poker de 1980 à Las Vegas. Stuey aurait avoué quelques années plus tard qu'il s'agissait là simplement de son premier tournoi au Texas Hold'Em, lui qui était davantage un adepte du blackjack au casino. Ses plus belles victoires sont sans doute les premières au gin rami, dans des tournois de quartier, alors qu'il n'avait que 10 ans, et dans le seul but d'aider sa mère devenue depuis peu veuve. Mais la vie de Stuey, au-delà de ses exploits dans de nombreux casinos de Las Vegas et tournois autour du jeu du poker, a été plutôt mouvementée. Tout d'abord, il n'était pas du tout un bon gestionnaire de l'argent qu'il pouvait amasser. Les dettes s'accumulent, et il se devra de participer une dernière fois aux World Series of Poker en 1997, après l'avoir remporté en 1980 et 1981. Ravagé par ses déboires du passé, Stu Ungar propose un bien triste visage lors du premier jour de l'event. Mais encourageait par son ami Billy Baxter, et motivé plus que jamais par sa fille, il parvient à se hisser jusqu'à la table finale, et suite à un dernier heads-up des plus palpitants, Stu Ungar devient ainsi le seul joueur à avoir remporté le tournoi de casino avec Johnny Moss. Ce sera la dernière victoire de sa vie, Stu Ungar succombant d'une crise cardiaque un an plus tard.